Le fait que la terre de Saronikos, de Mesogia et de Lavreotiki soit habitée déjà depuis le Néolithique (6 000 – 2 800 av. J.-C.) n’est peut-être pas si surprenant quand on parle d’un pays comme la Grèce. Les découvertes archéologiques, les monuments et les souvenirs témoignent toutefois d’un lieu béni par la nature, par ses habitants, par les personnalités historiques qui sont nées ici et qui ont vécu dans la région étendue d’Athènes. Ils sont les témoins des cultures très anciennes et de la production de biens qui font partie intégrante de notre quotidien aujourd’hui, des œuvres d’art qui font toujours sensation à travers la planète, des traditions sacrées et des activités durant des périodes difficiles ou plus faciles. C’est la patrie du grand réformateur de la république athénienne, Cleisthène, et du grand général Thémistocle. C’est la « patrie des Kouros », des plus beaux Kouros que l’art de l’époque archaïque a créés. C’est l’endroit qui fournissait tout le monde du meilleur « sel naturel de la terre » provenant des marais salants d’Anavyssos. C’est la terre que les pèlerins traversaient (Strata tou Asteos ou Strata de l’É(O)lympe du nom de la localité d’Olympe) pour aller de la ville (d’Athènes) au temple de Poséidon à Sounion. C’est la terre des petites îles sacrées en pleine nature, des églises basiliques datant de la fin du christianisme primitif, des églises byzantines et des bourgs médiévaux, ces oasis d’une autre époque qui forment le paysage de Mesogia. Nous sommes la terre qui a accueilli des populations déracinées après avoir transmis sa civilisation et son savoir à toute la Méditerranée. Nous sommes une mosaïque historique, une des plus particulières de la terre d’Attique, que nous souhaitons partager avec vous.